Qualifelec : que valide cette certification, comment l’obtenir ?

Il n’est pas toujours simple de trouver un professionnel de l’électricité sûr et sérieux. Il existe pourtant une certification qui permet d’être sûr de s’adresser aux bons professionnels : Qualifelec.

Qualifelec, une qualification haut de gamme

certificat qualifelecVous avez déjà repéré cette mention lors de vos recherches d’artisans électriciens et vous vous demandez à quoi Qualifelec correspond exactement ? Cette certification est avant tout un gage de travail bien fait. Ce sont les professionnels eux-mêmes qui en font la demande. Elle vise à montrer les capacités de l’électricien et reconnaît ses compétences dans le domaine. C’est aussi un label particulièrement intéressant pour les artisans qui veulent se faire remarquer plus facilement puisque lorsque l’on s’adresse à un spécialiste qualifié, on est sûr de trouver un professionnel reconnu pour son travail et son expérience.

Ce label intègre trois aspects : le financier – les tarifs seront respectés et corrects, la technique entièrement maîtrisée et l’humain, le technicien se met au service de ses clients. C’est la garantie de s’adresser à des techniciens de haut niveau qui maitrisent les ouvrages qui leur sont confiés. Que cela soit pour la pose d’un tableau électrique ou pour créer un réseau en totalité lors d’une mise aux normes, il saura répondre à chaque besoin et pourra imaginer des solutions adaptées en cas de difficultés.
S’adresser à un professionnel certifié Qualifelec, c’est donc une garantie de trouver des moyens humains et techniques de qualité, de trouver une personne possédant des références solides et de trouver un interlocuteur possédant un savoir-faire reconnu.

Ce label est de plus en plus souvent exigé pour des projets professionnels et particuliers. Posséder cette qualification c’est être plus visible. Plusieurs milliers de professionnels sont aujourd’hui certifiés Qualifelec. Posséder ce label, c’est montrer ses capacités. Sur les moteurs de recherches ou dans les annuaires, un potentiel client sera attiré par ce gage de qualité qui peut être inscrit sur les véhicules, les annonces, les devis, le papier à en-tête ou encore facture. Présenter ce label pourun professionnel, c’est augmenter ses chances de trouver des clients et des marchés importants. C’est aussi un label reconnu par les assurances habitation et les banques. Faire appel à un artisan certifié vous permettra alors de profiter de réductions sur des prêts préférentiels ou encore une prime d’assurance diminuée.

Un label complet

Obtenir ce label passe par la COFRAC qui depuis 1955 valide les compétences des professionnels de l’électricité et de l’énergétique. Composée de 20 à 25 professionnels du domaine, de représentants des intérêts généraux et institutionnels mais aussi de représentants de clients, cette association va définir différents objectifs à remplir pour valider les prestations. Divisée en trois collèges, cette association s’occupe aussi bien des clients particuliers (collège B) que des entreprises (collège A). Le collège C prend en charge les problèmes communs aux deux secteurs.

Outre les connaissances des artisans, ils vérifieront aussi les références des chantiers sur lesquels les électriciens sont déjà intervenus mais aussi l’aspect administratif et fiscal des candidats. Ceux-ci doivent être en règle.

Cette qualification comprend 8 domaines distincts et 28 compétences :

  • installations électriques générales ;
  • chauffage, ventilation et climatisation ;
  • mise en place de branchements ;
  • bâtiment communicant ;
  • installation d’éclairage public ;
  • courants faibles : téléphonie, domotique, informatique… ;
  • maintenance d’installations électriques ;
  • pose d’antennes.

D’autres mentions sont également disponibles pour des compétences encore plus précises : fibre optique, performance énergétique, énergie solaire… A noter, une nouvelle spécialisation a fait son apparition récemment : voitures électriques et IRVE – Infrastructures de Recharge pour les Véhicules Électriques. Pour obtenir ce label, il faut avant tout disposer d’un technicien de niveau A, c’est-à-dire possédant un diplôme plus des années d’expérience. Ainsi, un artisan devra posséder 4 années d’expérience professionnelle avec un CAP, deux années avec un Bac Pro et 1 an avec un BTS ou un DUT. Cette particularité permet d’obtenir l’indice E1 correspondant à un haut niveau dans le domaine choisi.

Pour obtenir l’indice E2 du label, il faut présenter deux techniciens qualifiés : un de niveau A et un autre de niveau B – ou CAP et 7 ans d’expérience, Bac Pro et 5 ans ou BTS – ou DUT – et 3 ans. Ce niveau va permettre à la société de travailler sur l’étude des projets et leur réalisation. Enfin, il existe un dernier niveau – E3 – qui correspond à une entreprise possédant deux techniciens ayant le niveau B et un avec le niveau C, c’est-à-dire 15 ans d’expérience avec un CAP, 12 avec un Bac Pro, 6 ans avec un BTS ou un DUT ou encore 1 an d’expérience pour un diplôme d’ingénieur. Ce niveau permet de prendre en charge la totalité d’un chantier de sa conception à sa réalisation en passant par les différentes études.

L’indice de technicité est aussi pris en compte et est indiqué par un sigle Ch ou Th. Ainsi, on peut trouver une société CH1 en chauffage ou encore proposant une mention spécifique – économies d’énergie – Th2. Il est aussi possible de trouver des attestations de capacité – l’attestation 21.21 par exemple pour les entreprises ayant une expertise majeure dans le domaine de l’installation de génie climatique.

Comment obtenir le label ?

Avant de déposer sa demande pour obtenir sa spécialisation, une société a tout intérêt à bien réfléchir à l’indice désiré mais aussi au domaine afin de présenter un dossier solide. Pour cela, la société doit présenter dans le détails toutes ses compétences liées au domaine sélectionné. Elle doit également lister les chantiers sur lesquels elle a travaillé et préciser dans quels domaines elle est intervenue. Ces références doivent être récentes. Le candidat à la labellisation doit aussi compléter le dossier en présentant sa société : effectif, diplômes des techniciens, justificatifs de leurs expertises ; mais aussi présenter les moyens matériels disponibles et les techniques utilisées. Il faut également insérer dans son dossier un justificatif d’activité et le justificatif des assurances légales.

Le comité va alors étudier le dossier de demande et va décider si la société peut obtenir – ou non – le label Qualifelec. Tous les critères étudiés doivent être conformes à la norme NF X 50-091. Une fois obtenu, le label Qualifelec est valable 4 ans. Un contrôle annuel est mis en place pour vérifier que l’entreprise répond toujours aux exigences. Une fois ces quatre ans passés, il faudra déposer un nouveau dossier. A noter encore, il est indispensable de déposer un dossier par activité. Si votre société exerce plusieurs activités, il faudra autant de dossiers que de qualifications désirées.

A savoir encore, obtenir ce label n’est pas gratuit. En plus du temps consacré au dossier, les entreprises doivent acquitter des frais de dossier, qui s’élèvent en effet à près de 110 euros. En plus des frais de dossier, chaque spécialisation peut coûter plusieurs centaines d’euros, même si un tarif dégressif (une réduction de 25%) est mis en place pour chaque nouvelle demande.

Comment trouver une entreprise détenant cette certification ?

Acorus dispose de la certification Qualifelec dans le secteur suivant : installations électriques en logement, petit commerce et tertiaire.

Pour vérifier la validité d’une certification, d’Acorus comme celle de n’importe quel professionnel, vous pouvez utiliser le site dédié. Pour vérifier si une entreprise possède le label sur ce site, il suffit d’entrer le SIRET du professionnel. Ce site d’adresse aussi bien aux particuliers qu’aux professionnels et est facile d’utilisation. Pour avoir une liste de professionnels certifiés, il suffit d’entrer votre demande et votre localisation pour obtenir la liste des professionnels qualifiés intervenant dans le domaine et la zone souhaités.
Les entreprises certifiées possèdent un logo reconnaissable : deux lettres Q, E surmontent le label. Il est possible de trouver les spécifications sous cet ensemble – performance énergétique, énergie renouvelable…

Si vous hésitez, il peut s’avérer utile de rappeler que faire appel à un artisans certifié apporte de nombreux avantages. Non seulement il est reconnu pour ses compétences mais son intervention peut vous faire gagner de l’argent. Ainsi de nombreux travaux, si ils sont bien exécuté par une entreprise disposant des qualifications nécessaires, offrent des aides financières. Le crédit d’impôt transition énergétique – CITE -, une TVA à 5,5%, la prime économie d’énergie, diverses aides de l’ANAH, l’éco-prêt à taux zéro… Ces aides concernent des travaux de rénovation (mise en conformité de l’installation électrique ; installation de matériel de chauffage récent (pompe à chaleur air/eau ; utilisation d’énergie renouvelable – géothermie, solaire…) Dans ce cas, la mention RGE doit compléter le label Qualifelec. Un artisan qualifié est aussi apte à aménager au mieux un intérieur pour les personnes handicapées – domotique. Aujourd’hui, ces techniciens peuvent également installer des bornes de recharge pour les véhicules électriques ce qui peut entrer dans le cadre d’un chantier de rénovation pour les professionnels.

certificat Consuel

picto électricité

Consuel Obligatoire

Pour réduire les risques d’incidents électriques, toute nouvelle installation (en construction et en rénovation) doit faire l’objet d’un certificat de conformité est délivrée par le Comité National chargé de la Sécurité des Usagers de l’Electricité.

prises conformes norme NFC 15-100

picto électricité

Norme électrique NFC 15 100

La norme NFC 15 100 est la norme de référence qui permet de réglementer l’ensemble des installations électriques à basse tension dans les logements

prise_mal_fixee

picto électricité

Diagnostic électrique obligatoire

Il est obligatoire depuis le 1er juillet 2017 de vérifier l’état général de son installation électrique, avant de vendre ou louer un logement, en particulier si l’installation électrique du bâtiment a été réalisée il y a plus de 15 ans.